Table des index

3. Les orientations stratégiques par ordre d’enseignement

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme décennal, des mesures seront prises au niveau de tous les ordres d’enseignement pour répondre à des questions spécifiques.

 Promotion de la scolarisation des filles. Le gouvernement développera des mesures spéciales en vue d’encourager la scolarisation et le maintien des filles dans le système. Cette politique incitative contribuera à supprimer les handicaps auxquels elles sont confrontées dans leur scolarité, à favoriser leur réussite aux examens tout en améliorant l’accroissement de leur présence dans les établissements scolaires et en y assurant leur sécurité.

 Santé scolaire et environnement. Des partenariats avec les secteurs de la santé et de l’environnement seront renforcés en vue de familiariser, à tous les stades de la scolarité, les élèves avec les grandes questions concernant leur intégration civique et sociale et la préservation de leur santé. La sensibilisation sur le VIH sida constitue un axe majeur de cette politique qui sera axée sur les domaines suivants :

  • l’adaptation et le renforcement des programmes concernant l’amélioration de la santé scolaire et  de la protection de l’environnement ;
  • l’adaptation des modules de formation pour les enseignants et pour les élèves en santé scolaire et en protection de l'environnement ;
  • la mise en place d’une politique de santé, d’hygiène et de nutrition dans les établissements scolaires.

Pour ce qui est des orientations stratégiques par ordre d’enseignement, elles se déclinent comme suit :

3.1. Enseignement maternel

Conscient de l’importance de l’enseignement maternel pour la préparation des enfants à un enseignement primaire rénové, le gouvernement apportera tout son soutien au développement de ce secteur en favorisant l’établissement de partenariats impliquant les familles, les communautés locales, les ONG locales et étrangères ainsi que les partenaires techniques et financiers. S’agissant des actions à réaliser au cours de la décennie, elles porteront principalement sur :

¨       la sensibilisation et la formation des communautés, des élus locaux et des acteurs des médias sur les questions d’éveil de l’enfant;

¨       le renforcement de l’appui aux initiatives d’offres d’éducation pertinentes prises par les communautés et les ONGs en faveur de la petite enfance à travers notamment la mise en place d’une subvention aux communautés pour les activités en faveur du pré-scolaire ;

¨       l’amélioration de la qualité et de la pertinence des programmes dispensés dans les structures d’accueil de la petite enfance.

3.2. Enseignement primaire

Les objectifs principaux assignés pour la future décennie s’articulent autour des principaux axes suivants :

3.2.1. Amélioration de l’accès et de la rétention

La réalisation de l’accès universel dès 2006 permettra d’accueillir environ 332.755 nouveaux entrants au CI en 2015 contre 229.472 en 2004, et s’accompagnera d’une amélioration sensible de la rétention en cours de cycle (100% en 2015 contre 53% aujourd’hui). Elle impose les mesures suivantes :

  • la rationalisation de la gestion et de l’affectation des personnels ;
  • la résorption des disparités selon le genre et les régions ;
  • la construction et l’équipement d’environ 2500 salles de classe supplémentaires par année et la réduction des coûts unitaires de constructions en vue de les faire passer de 7.600.000 à 5.500.000 FCFA;
  • l’accroissement des effectifs d’enseignants dans le public estimé à près de 35.350 nouveaux enseignants sur la période, par la mise en œuvre d’une stratégie équilibrée de recrutement et l’octroi de subventions aux établissements scolaires pour la prise en charge progressive de tous les enseignants communautaires ;
  • l’accueil d’environ 207.000  élèves dans le secteur privé en 2015 contre 133.000 en 2004 ;
  • la généralisation des écoles à cycle complet à l’horizon 2010. Ces modifications structurelles s’accompagneront du recours prioritaire au multigrade dans les écoles à petits effectifs;
  • la mise en œuvre de la politique de réduction du redoublement à travers la suppression des redoublements intra sous-cycles, la diminution des redoublements entre sous-cycles et l’établissement d’un contrat avec les enseignants pour rendre son application effective ;
  • la mise en place de mesures contre l’absentéisme des enseignants ;
  • la mise en place de mesures de stimulation de la demande au niveau des zones à faible taux de scolarisation à travers la création de cantines scolaires, l’adaptation de l’organisation de l’école au contexte local et l’octroi de crédit aux familles défavorisées pour encourager la scolarisation notamment celle des filles ;
  • l’application de mesures spécifiques pour la protection des filles à l’école ;
  • la mise en place de subventions pour le secteur privé éducatif.

3.2.2. Amélioration de la qualité et de l’équité

Cette amélioration implique :

  • la formation initiale professionnalisante et continue des enseignants et des directeurs d’école ;
  • la mise en place de mécanismes d’incitations pour les enseignants ;
  • la réduction progressive du ratio élèves/maître de 52 en 2004 à 40 en 2015 ;
  • le renforcement de la mise en œuvre des nouveaux programmes basés sur l`approche par compétences ;
  • la mise à disposition du matériel didactique (manuels, guides, programmes, etc..) par une livraison directe dans les écoles ;
  • le renforcement de l’encadrement pédagogique et administratif par la professionnalisation de la formation des cadres intermédiaires;
  • le développement de pratiques d’évaluation pédagogique dans les classes ;
  • l’amélioration des conditions d’accueil pour favoriser le maintien des filles à l’école (latrines, point d’eau, électrification …) ;
  • le renforcement de la sensibilisation sur l’hygiène et la santé notamment le VIH/Sida ainsi que sur les questions environnementales.

3.3. Enseignement secondaire général

3.3.1. Le premier cycle de l'enseignement secondaire

a) Amélioration de l’accès au 1er cycle secondaire

L’élargissement de l’éducation de base et l’amélioration de la rétention au niveau du primaire impliquent:

  • l’accroissement de l’accès au premier cycle secondaire qui concernera, en fin de période, un effectif estimé à 131.400 nouveaux entrants contre 69.450 en 2004, ce qui représente un taux moyen de transition de 61% sur la période. Cet accroissement impose la mise en place d’un mécanisme pour assurer une régulation des flux entre le primaire et le premier cycle du secondaire au niveau du CM2;
  • la construction de 4.231 salles de classe sur la période;
  • le recrutement de 800 professeurs par an (APE et contractuels);
  • l’accroissement de la prise en charge progressive des enseignants sous contrats locaux ;
  • la mise en œuvre de mesures permettant une articulation pédagogique repensée entre l’école primaire et les objectifs nouveaux du 1er cycle secondaire ;
  • la mise en place d’un mécanisme pour assurer une régulation repensée entre le premier et le second cycle secondaire général pour ne pas pénaliser la qualité déjà faible au niveau de ce dernier.  Le nombre de nouveaux entrants au Lycée est estimé à 22.718 entrants contre 20.735 en 2004 ; ce qui représente un taux de transition  moyen de 43 %  au cours de la période 2006 - 2015.

b) Amélioration de la qualité et de l’équité

La mise en place d’un enseignement secondaire général rénové et de qualité passera par les mesures suivantes :

  • la réduction de la taille des groupes pédagogiques de 52 à 45 en fin de période ;
  • le renforcement de la mise en œuvre des nouveaux programmes basés sur l`approche par compétences (sensibilisation, formation et encadrement des enseignants);
  • l’amélioration de la production et de la diffusion des supports pédagogiques qui seront livrés directement dans les établissements scolaires ;
  • le renforcement de la formation continue des personnels enseignants ;
  • le développement de pratiques d’évaluation dans les classes ;
  • l’amélioration de la qualité de l’encadrement pédagogique et administratif par le renforcement des inspections pédagogiques et la formation des personnels (encadrement pédagogique et administration).

3.3.2. Le 2nd cycle de l'enseignement secondaire

La perspective de la politique éducative suivie pour le second cycle de l'enseignement secondaire général est de mieux préparer l'accès à l'enseignement supérieur. Dans ce contexte, il est envisagé que l'essentiel de la régulation des flux d'étudiants ayant accès au supérieur soit préparé par celle de l'accès au second cycle du secondaire. Les actions suivantes de politique éducative sont alors envisagées :

  • la réduction du nombre d’élèves par groupe pédagogique de 46 à 40 à l’horizon 2015 ;
  • l’amélioration de la qualité de l’encadrement pédagogique et administratif (formation continue des inspecteurs, des chefs d’établissements et des personnels);
  • l’amélioration de la production et de la diffusion des supports pédagogiques qui seront livrés directement dans les établissements ;
  • le renforcement des structures de formation initiale et continue des professeurs ;
  • la mise en place de mesures pour l’amélioration des acquisitions des élèves, particulièrement dans les disciplines scientifiques (le renforcement et l’équipement des laboratoires, des supports de cours, etc.) ;
  • l’amélioration de la programmation, de la gestion des ressources humaines (recrutements et formations tenant compte des nouvelles exigences de qualité) et de la prise en charge des enseignants sous contrats locaux dans les établissements.

3.4. Enseignement Technique et Formation Professionnelle

Les objectifs définis pour le sous-secteur de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (ETFP) en vue de sa restructuration et de son adaptation aux réalités économiques et sociales du pays s’articulent autour :

  • de la modernisation et du développement de l’offre éducative ;
  • du renforcement et de l’amélioration de la qualité des formations;
  • de la mise en place d’une offre spécifique de modules courts de formation au profit des groupes sociaux sensibles et des actifs en cours d’emploi.

3.4.1. Développement et diversification de l’offre

Les capacités de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) seront développées à travers :

  • la diversification des spécialités offertes en vue de tenir compte des besoins des secteurs prioritaires et des besoins du marché ;
  • la mise en place d’une politique de recrutement adaptée aux impératifs de qualité et de diversification de l’offre en ETFP ;
  • la mise en place d’un dispositif de formation continue en vue d’assurer une plus grande qualification de la main d’œuvre nationale. Ce nouveau mode de formation permettra d’améliorer la formation initiale ;
  • l’extension des établissements existants et la création d’établissements nouveaux en tenant compte des besoins en formation et en privilégiant un développement régional harmonisé.

3.4.2.  Amélioration de la qualité et de l’équité

L’exigence de qualité et d’équité impose :

  • la consolidation de la formation continue des formateurs par la définition et l’exécution de plans de formation;
  • la conception et la mise à disposition des équipements et des supports didactiques adaptés;
  • la professionnalisation de la formation initiale à travers la redéfinition des volumes horaires, des contenus des programmes et le recours à la participation des professionnels dans la mise en œuvre de la formation;
  • le renforcement du contrôle dans les établissements à travers la mise en place d’outils de gestion et le renforcement de la formation du personnel d’encadrement ;
  • le renforcement de la formation initiale et de l’animation pédagogique ;
  • la mise en œuvre d’une politique de promotion des filles dans les filières agricoles et industrielles.

3.4.3. Amélioration du pilotage de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle

Elle passe par :

  • la mise en place d’un cadre de concertation (Etablissements privés, patronat, ministères sectoriels, associations de professionnels ; etc.) en vue d’une meilleure prise en compte des besoins du marché du travail dans la détermination des formations dispensées;
  • l’introduction de nouveaux modes de formation (formation en alternance, apprentissage dual, formation à distance,…) ;
  • la mise en place d’un système de suivi des formés au niveau des établissements et l’introduction d’un pilotage par la demande en produits de l’ETFP ;
  • le renforcement de l’ingénierie d’aide à la décision (veille technologique et pédagogique, etc.).

3.5. Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique

Les objectifs fixés à l’enseignement supérieur sont, d’une part, l’amélioration de l'efficacité interne et externe visant à répondre aux besoins en cadres supérieurs compétents et compétitifs pour le développement économique et social du pays et, d’autre part, le développement de la recherche scientifique. Les principaux axes de politique y afférant sont les suivants :

3.5.1. Amélioration du pilotage et de la gestion

Elle nécessite :

  • la mise en place d'un dispositif de gestion permettant une réelle application des règles de scolarité ;
  • l’instauration de mécanismes d’orientations et d’informations favorisant les inscriptions dans les nouvelles filières professionnalisées;
  • l’élaboration et la mise en oeuvre progressive d’un schéma directeur de développement des universités ;
  • la maîtrise des effectifs du supérieur public à environ 39.000 étudiants à l’horizon 2015 et la promotion de l’enseignement supérieur privé;
  • la maîtrise de la gestion des restaurants et des cités universitaires qui sera confiée au secteur privé selon une procédure faisant appel à la concurrence et conformément à un cahier de charges qui sera élaboré à cet effet en vue de garantir une meilleure qualité des services aux étudiants ;
  • l’amélioration de la gestion des établissements notamment des inscriptions et des examens ;
  • la création et l’opérationnalisation d’un cadre de concertation (universités, patronat, ministères sectoriels ; etc.) en vue d’une meilleure prise en compte des besoins du marché.

3.5.2. Amélioration de la qualité et de l’équité

Cela nécessite :

  • la formation continue et pédagogique des enseignants ;
  • le développement de la formation par la recherche;
  • l’amélioration et le renforcement des outils pédagogiques (laboratoires, bibliothèques, réseaux électroniques, NTIC, etc.) ;
  • l’amélioration du système de programmation et de contrôle de l`exécution des programmes d’enseignement ;
  • l’amélioration de l'efficacité des dépenses publiques par une meilleure répartition des ressources allouées à l’enseignement supérieur qui prend en compte la priorité accordée aux nouvelles formations professionnelles qui seront mises en place par les établissements nationaux ;
  • la diversification et la professionnalisation des formations ;
  • la restructuration des filières de formation existantes ;
  • la promotion des filles dans les entités professionnalisées des universités nationales.

3.5.3. Promotion de la recherche scientifique

La promotion d’une recherche scientifique au service du développement de la nation nécessite :

  • le renforcement des unités de recherche en les dotant des moyens appropriés et en orientant la recherche vers les priorités de développement ;
  • l’encouragement de la création de réseaux de recherche et d’échanges entre chercheurs nationaux et internationaux et l’amélioration des conditions d’accès à l’information scientifique ;
  • la promotion des formations doctorales en partenariat avec d’autres universités ;
  • la valorisation de la recherche scientifique en faveur du développement.

3.6. Alphabétisation et Education des Adultes

La politique nationale dans ce domaine tend à éliminer l’analphabétisme en vue de favoriser l’enracinement de la démocratie en valorisant les langues nationales pour faire progressivement d’elles des véhicules du savoir. L’alphabétisation dont il sera question sera fonctionnelle au sens où elle sera centrée sur des activités génératrices de revenus, sur les métiers ou d’une façon générale, assurera une fonctionnalité sociale et citoyenne permettant l’utilisation des compétences linguistiques acquises dans la vie quotidienne.

Le développement de cette politique suppose :

  • une meilleure organisation et l’arrimage du sous-secteur alphabétisation au  système éducatif afin de lui donner toutes les prérogatives concourrant à l’élimination de l’analphabétisme ;
  • la réduction du taux d’analphabétisme de 63% à 50% à l’horizon 2015 au sein de la population de la tranche d’âge de 15 à 49 ans ;
  • la réduction de 50% du taux d’analphabétisme des femmes et des jeunes filles à l’horizon 2015 ;
  • l’intensification de la recherche linguistique appliquée aux langues nationales ;
  • la mise en œuvre d’un programme intégré de post- alphabétisation ;
  • la mobilisation de tous les opérateurs dans la lutte contre l’analphabétisme et la coordination des activités des différents intervenants ;
  • le recrutement et la formation de personnel d’alphabétisation et d’éducation des adultes ;
  • la maîtrise de l’ingénierie d’alphabétisation et le renforcement des capacités du personnel;
  • l’amélioration de l’accompagnement en communication.

Agenda & Communiqués
  • Calendrier scolaire 2013-2014

                   Arrêté interministeriel


    Conformément à l'arrêté interministeriel ANNEE 2013 N° 390/MESFTPRIJ/MEMP/DC/SGM/DESG/IGPM/DET/DAFoP/ DEP/DEM/DEP/DEPEMP/SA, du 17 septembre 2013, dans tous les établissements publics et privés des enseignements maternels, primaire, secondaire général, technique et de la formation professionnelle, le calendrier scolaire 2013- 2014 est fixé comme suit:

    • Premier trimestre : Du jeudi 03 octobre 2013 au vendredi 20 décembre 2013 après les cours de
      l'après-midi (11 semaines 02 jours)
    • Congé de fin de trimestre : Du vendredi 20 décembre 2013 après les cours de l'après-midi au dimanche
      05 janvier 2014 inclus (16 jours).
    • Deuxième trimestre :Du lundi 06 janvier 2014 au vendredi11 avril 2014 après les cours de
      l'après-midi ( 13 semaines).
    • Congé de détente : Du vendredi 21 février 2014 après les cours de l'après-midi au dimanche 02 mars
      2014 inclus (09 jours) .
    • Congé de fin de trimestre : Du vendredi Il avril 2014 après les cours de l'après-midi au mercredi23 avril
      2014 inclus (12 jours).
    • Troisième trimestre : Dujeudi 24 avril 2014 au vendredi 18 juillet 2014 après les cours de l'après-midi
      (12 semaines).      

    Les grandes vacances sont fixées au vendredi 18 juillet 2014 après les cours de
    l'après-midi. Elles prennent fin le dimanche 28 septembre 2014.

    Les activités pédagogiques reprennent dans tous les établissements scolaires le
    lundi 29 septembre 2014.

    Le présent calendrier est valable autant pour les établissements publics que privés
    des enseignements maternel, primaire, secondaire général, technique et professionnel. Le calendrier des établissements techniques agricoles sera fixé par un autre arrêté.

    Fetes et jours fériés de l'année


    Tous les établissements publics et privés vaqueront les jours de fête et jours fériés ci-après

    • Fête de la Toussaint: Vendredi 1er novembre 2013
    • Fête des Religions traditionnelles: Vendredi 10 janvier 2014
    • Lundi de Pâques: Lundi 21 avril 2014 
    • Fête du Travail : Jeudi 1 mai 2014          
    • Fête de l’Ascension : Jeudi 29 mai 2014         
    • Lundi de Pentecôte : Lundi 09 juin 2014

    Ils vaqueront également les jours déclarés fériés par le Ministre du Travail et de la Fonction Publique.

    Télécharger le calendrier scolaire 2013-2014.pdf

     

     SI/DIP/MESFTPRIJ

     
  • COMMUNIQUE

    Dans le cadre  du  programme  de  formation de  reconversion  professionnelle au titre  de l'exercice 2013, le Ministère de l'Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l' Insertion  des Jeunes (MESFTPRIJ) procedera  à une formation qualifiante, de jeunes agées de plus de 17 ans et ayant au moins le niveau de la classe de troisième .

     
  • Calendrier scolaire 2010-2011

    Arrêté interministeriel

     
  • 03 Mai 2011 : Revue sectorielle

    1ère revue du secteur de l’éducation de l’an 2011, prevu du Mardi 03 Mai au Jeudi 05 Mai 2011. Rencontre preparatoire de la revue entre gouvernement et PTF du secteur prévu pour le lundi 02 Mai.